Christelle Firework

Thérapeute holistique certifié
L'art de la découverte de soi

L’art de la découverte de soi

La découverte de soi nous posent bien des questions du type : Qui suis je? D’où viens-je ? Qu’est ce que je fais ici? Quel est mon but ? Y aura-t-il une vie après que je sois parti de cette vie ?

Ce sont les questions existentielles que la plupart d’entre nous se posent à des moments cruciaux de notre vie. Ces moments où tout ce qui nous entoure n’a aucun sens. Toutes les choses matérielles que nous avons travaillé si dur pour rassembler ne signifient pas grand-chose et les relations que nous avons si soigneusement cultivées s’effondrent autour de nous parce qu’elles n’ont pas finalement apporté le bonheur et la joie que nous désirons tant.

Des moments de crises qui profitent à la découverte de soi

Ces moments de crise où nous remettons tout en question sur nous-mêmes et ne nous identifions plus à ce que nous pensions être, semblent accablants, menaçant de nous consumer dans leur feu de rage et leurs profondeurs de désespoir faisant que tout semble inutile.

Ces moments peuvent sembler intimidants et franchement effrayants, mais asseyez-vous un instant et faites le point sur votre vie. Pensez à tout ce à quoi vous vous identifiez :

  • vos relations,
  • votre carrière,
  • votre richesse matérielle,
  • votre partenaire

Et vous découvrirez que toute votre identité et votre estime de soi sont basées sur des forces extérieures.

La vérité est qu’aucune de ces forces extérieures ne peut vraiment me connecter à moi-même.

Moi seul le peux, et pour ce faire, je dois me débarrasser de chaque force extérieure, couche par couche, comme peler un oignon et l’examiner pour comprendre comment je pense qu’elle me définit et pourquoi je lui ai permis de me définir.

La découverte de soi est un processus intime

En réfléchissant à cela, je pense à tant de choses que je suis : une épouse, une compagne, une amie, une fille, une tante, une ouvrière, une cuisinière, une lectrice, une guérisseuse. Chacune de ces choses définit ce que je fais… Mais aucune d’entre elles ne me dit qui je suis, au fond.

LIRE AUSSI  La Conscience en France avec Dr Dain Heer

Donc, à titre d’expérience de pensée, je me débarrasse de chaque définition de qui je pense être. Que se passe-t-il si je ne suis pas une épouse, ni une compagne, ni une amie, ni une fille, ni une tante, ni une travailleuse, ni une cuisinière, ni une lectrice, ni une guérisseuse, ni quoi que ce soit. Et si je ne suis tout simplement rien ? Si je le suis simplement ? Et si je n’étais rien et tout à la fois ?

Lorsqu’un enfant naît, il n’a pas de véritable identité

Il ne vient pas au monde de manière décisive en sachant qu’il est l’enfant de quelqu’un ou qu’il est grincheux ou gentil. Cet enfant ne répond qu’aux stimuli qui l’entourent … Il pleure lorsqu’il est brutalement expulsé du ventre de sa mère – un environnement chaleureux et nourrissant – dans les lumières éblouissantes d’une salle d’opération ou dans la lueur chaude d’une lampe près d’une table de chevet.

Quoi qu’il en soit, son entrée est marquée par de vifs cris de protestation car il a été arraché de son monde connu vers l’inconnu. En grandissant, il en apprend davantage sur lui-même, ses préférences et ses aversions. Le jeune enfant apprend également des gens qui l’entourent. Il apprend des comportements et des attitudes, des préjugés et des codes moraux. En peu de temps, ceux-ci deviennent son identité.

Au fur et à mesure que l’enfant commence à interagir avec le monde, il découvre que les comportements, préjugés et codes moraux qu’il a appris ne correspondent pas nécessairement à son expérience du monde et que certains d’entre eux sont donc rejetés tandis que de nouveaux sont rapidement adoptés sur la base du l’expérience continue de l’enfant et c’est un processus qui se produit tout le temps. Au fil du temps, ces comportements et attitudes font partie d’un système de croyances en constante évolution.

LIRE AUSSI  Nos mémoires secrètes – Voyage en Psychogénéalogie

La résultante d’un amas de croyances

Voici cependant le problème : les comportements et attitudes appris dès la petite enfance deviennent si profondément enracinés que l’enfant ignore que ces systèmes de croyance existent au plus profond de son subconscient. L’enfant croit simplement qu’il est tel qu’il est.

Ce sont ces croyances profondément enracinées qu’il convient d’examiner. L’enfant n’est pas né avec ces préjugés, ces goûts, ces aversions et ces comportements. Ainsi, même si ces attributs font partie de cet enfant, ils ne constituent pas ce qu’il est. Ce sont simplement des comportements acquis qui font désormais partie d’un système de croyance profondément enraciné.

Logiquement parlant, cela est parfaitement logique. Et il s’ensuit que je suis, dans mon état actuel, en tant qu’être humain, la somme totale des systèmes de croyance que j’ai. Et si je ne suis pas satisfait de qui je pense être, alors j’ai le pouvoir pour le changer !

L’humanité a tendance à compartimenter la vie

À l’école, par exemple, nos matières sont séparées en :

  • mathématiques,
  • biologie,
  • chimie

Et honnêtement, la plupart des gens ne pensent pas vraiment au lien entre les matières ou au fait qu’il s’agit de frontières artificielles créées pour faciliter l’apprentissage. De cette façon, nous continuons à compartimenter nos vies sans vraiment comprendre qu’un domaine de notre vie est lié à toutes les autres parties et à chaque autre personne d’une manière ou d’une autre.

En me débarrassant couche après couche de l’identité et du compartimentage, je suis arrivé à la conclusion que j’ai le pouvoir de choisir qui je suis, alors qu’ici sur terre et lorsque j’aurai fait la transition. J’espère regarder en arrière et savoir que j’ai apporté une contribution positive. Un bel impact sur la vie de quelqu’un, aussi minime soit-il, avec mon séjour ici.

LIRE AUSSI  Entraînement cérébral, pourquoi cela devrait faire partie de votre routine quotidienne

Chacun de nous sait que nous sommes plus que ce que nous croyons et certainement plus que ce que nous voyons.

Dans mon travail spirituel, on m’a dit qu’une très petite partie de notre âme est concentrée sur cette vie et qu’une majorité de notre âme fait beaucoup d’autres choses … Un peu comme le multitâche que nous effectuons dans notre vie quotidienne. Ce que nous faisons dans notre vie, ici et maintenant, compte … Un sourire ou un mot gentil peut changer la vie de quelqu’un … Mais il contient aussi des leçons de vie que nous gardons avec nous lors de notre transition.

J’encourage donc chacun à se considérer comme quelqu’un qui peut non seulement avoir un impact et changer le monde, peu importe la taille de sa contribution… Mais aussi de voir vos expériences presque à distance … Devenez un observateur de votre vie, puis choisissez les comportements que vous préférez et rejetez ceux que vous n’aimez pas. La vie n’a pas besoin d’être difficile ou dure. C’est la connaissance que cette expérience terrestre consiste à apprendre et à se comprendre soi-même, qui en vaut la peine.